24 janvier 2011

DJ Shadow - The Outsider

Là, c'était juste plus possible. Ce besoin de reprendre le clavier. De laisser couler cette encre virtuelle. D'exprimer tout ce qui est bloqué en moi. De partager tout ça avec personne, sur ce journal intime virtuel, avec l'intégralité du web, sur ce journal intime virtuel.

La semaine de partiels commence dans une huitaine d'heures, et je ne suis pas prête. Du tout. Les cinq matières de demain on été révisées à la va-vite aujourd'hui. Entre 14h et minuit. Entre des pauses "Frasier" et Facebook. Mais c'est presque comme si... J'en avais rien à foutre. Les derniers partiels de ma vie. Pff.

Si ce besoin d'écrire (même si comme depuis de nombreux mois ce n'est plus ni construit ni intelligent, juste un fourre tout, les phrases qui viennent telles qu'elles peuvent sans enchaînement précis ou prévu) est arrivé là, comme ça, maintenant, c'est parce que je me suis rendue compte d'une chose : c'est à quel point j'ai pu être selfish, et à quel point je n'ai pas regardé plus loin que mes propres sentiments. Plutôt que de chercher dans son passé, je me suis concentrée sur le mien. Sur ce qu'il a vécu avec MOI et MOI SEULE. Sans me dire que d'autres gens, rencontrés bien avant moi, avaient sûrement plus de valeur à ses yeux que ma petite personne. Egoïste petite personne que je suis.

Il faut dire que j'ai cette capacité à zapper les gens qui est impressionnante. Pas de nouvelle, bonne nouvelle. Ca a toujours marché comme ça chez moi. Et du coup, loin des yeux, loin du coeur. Les amies de lycée pas vues depuis un an et demi, sans se donner de nouvelles ou presque, alors qu'on avait réussi à faire en sorte que ça tienne pendant 4 ans, même depuis l'autre bout du monde, on s'envoyait des cadeaux d'anniversaire. Les amis de prépa, pas revus du tout, pas une grande perte. Est-ce que ce sera pareil avec mes amis de Caen? Je ne sais pas. J'en ai déjà zappés tellement. Inclus le joli mignon musclé serveur de l'Ecume, qui m'a déçue et que je n'ai plus revu. Incluse Noé, que je regrette de ne pas avoir pris le temps de revoir, mais avec laquelle j'ai passé plus de temps à boire pour oublier qu'à sérieusement discuter.

Et ce soir, en regardant des photos de lui, je me suis rendue compte à quel point le Japon devait lui manquer. Pas la France non, beaucoup de mauvais souvenirs. Mais le Japon, c'est pour lui tellement de bonnes choses. Du moins je suppose, de ce qu'il m'en a dit. De ce que j'en ai deviné. Glané. Et là, juste en voyant ça, je me suis rendue compte que je n'avais aucun droit sur lui. Aucun. Ni celui d'exiger (intérieurement) des nouvelles (car les email, après quelques uns sans réponse, on n'ose plus vraiment). Ni celui de me dire que, peut-être, je lui manque. Je ne sais même pas si j'ai le droit d'être malheureuse, en voyant qu'il ne se connecte plus sur Skype. En repensant à ce que j'aurais tellement voulu faire, mais que je n'ai pas eu le courage de faire de peur de briser ce que j'avais déjà, et qui me suffisait amplement auparavant.

Plus que le Japon, il a sa vie là-bas, de l'autre côté de l'Atlantique. Et puis, entre nous, il ne s'est rien passé. Je me le martèle et je m'en flagelle, mais c'est le cas. A part les quelques incidents qui me font me dire que peut-être n'ai-je pas tout monté dans ma tête - une main qui effleure mes cheveux, un baiser qui effleure ma joue à l'aéroport - à part cela, il n'y a rien qui puisse me laisser deviner quoi que ce soit.

I'm miserable. I feel alone when I'm surrounded by people, and that's the reason why I stay home and keep to myself most of the time these past few weeks.

I just keep on holding to it. I can't let it go. Not just yet.

So I pretend. I put on a good show. Most of my friends have got no clue. They think I'm just irritable because I still haven't found an internship (which is true, but not the sole reason). They take my day-dreamings for my usual ones.

I feel like an empty shell. And at the same time, I feel like my heart's too big for me.

Oh well, I think I'll just get back to work for my finals.

Just one final quote : "Japan isn't Asian. It's Japan". (From my Geopolitics class. One of the reason I had to burst the bubble tonight.)

Posté par Absent_Minded à 01:20 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur DJ Shadow - The Outsider

    Puisque ce post est écrit pour "personne", je me devais de le lire, étant Mr.Nobody, certes déguisé en Mr.Calaclysm pour soutenir l'auteur de ce blog qui a beaucoup à faire avec ses partiels cette semaine. Je ressens bien cette phrase " une coquille vide avec un coeur trop grand pour moi." c'est un peu beaucoup moi (aussi) avec en plus un esprit créatif un peu a l'étroit dans un corps un peu moins pechu que lui.

    Anyway; ici, c'est un lieu non virtuel selon moi, tout y est vrai, écrire comme ça vient, demande plutôt de la spontanéité immédiate, de l'improvisation, et c'est ce qui est vrai qui est écrit en premier, pouvant presque le toucher, l'étreindre, tellement c'est authentique.

    "ni construit ni intelligent, juste un fourre tout, les phrases qui viennent telles qu'elles peuvent sans enchaînement précis ou prévu) est arrivé là, comme ça," : c'est cette notice que j'utilise pour écrire une épistolaire.. ici, il en reste un certain talent car elle.* sait écrire, moi s'est plutôt un cataclysme interminable.

    Une capacité a zapper les gens impressionnante ? je devrai etre la premiére personne à etre zappé, j'ai le CV parfait pour passer à la trappe. eT j'aime les trappes se sont des jolies cachettes. Mais non elle est toujours là, à me lire, jour & nuit, et toutes les petites choses & bidules* qui compte à un point que vous n'imagineriez pas. Pourtant j'ai pas été au lycée, a l'université avec elle, je lui ai jamais envoyé de cadeau d'anniversaire (en plus, j'ai passé 3ans a me tromper de date à deux jours prés!), et je suis meme pas mignon.. non vraiment, le zapping a du bugger, ou alors cette capacité n'est pas si évidente que ça.. Veuillez lire ici, beaucoup d'autodérision envers moi-meme qu'autre chose, etre zappé par elle.* n'est pas une envie cachée, je m'y prendrai assez mal puisque je lui montre plutot le contraire.

    un pays qui nous manque, que ce soit tellement de bonne chose, la france ne me manquerait pas, j'ai a peu prés tout detruit ici, alors que je veux construire la-bas, ailleurs. Mais il y a toujours deux bonnes raisons de rester, non trois, l'auteur d'ici en fait parti, mais aprés tout je pourrai l'amener un jour voyager a mon autre chez moi.. j'ai ma vie a deux endroits, nous devrions pouvoir amener le meilleur de l'endroit que l'on quitte, pour l'endroit ou l'on va. Je comprends son choix, je comprends le tiens de peur de tout briser (parfois il faut envier ce que l'on a déjà).. moi grand maitre du cataclysme et de la destruction, je peux témoigner, si c'était a refaire, je ferais tout différemment. detruire c'est facile, c'est construire quelque chose qui demande du talent, je ne l'ai jamais eu au moment ou il le fallait..

    que dire moi qui écrit déjà beaucoup trop. un peu de silence pour un soutien de fait pour l'auteur, qui a bien le droit d'etre malheureuse, sans pour autant etre misérable, et pour que la solitude paraisse moins vide. n'étant pas doué non plus pour remplir les vides.. je reste juste moi pour etre la pour elle.* qu'importe le talent ou la maniére, j'ai toujours pas acheté "les relations humaines pour les nuls".

    Posté par Mr.Calaclysm, 25 janvier 2011 à 12:32 | | Répondre
  • Untitled Love II

    Aujourd'hui est un jour ou je fuis. une disparition temporaire de 24 heures, devenir une vue d'esprit, un concept. Tout sauf un etre humain.

    Avoir un coeur, une ame, etre inspiré n'est plus possible ce jour là, celui des amoureux. Le jour des réalités toutes nues.. Ce jour la, rappel toi bien de ton amour perdu, ruinant ton âme. Ton coeur empoisonné par la tristesse s'étouffe sur lui-meme. Le drame a une splendeur qui refuse de se perdre et l'amour un poison qui n'a pas trouvé d'antidote.. Avoir le coeur en miette c'est idéal pour écrire, sauf que, le talent n'y est pas.. La bas dehors c'était la journée des demonstrations, prouver que l'amour c'est au moins bien chez les autres.. Le reste du monde a bien le droit de savourer un amour réussi.. Moi qui est fait de la discretion un état d'esprit, une religion, je n'arrive a trouver un moyen de ne pas exister. Pourtant je refuse de regarder le ciel bleu aprés la pluie de la nuit, je refuse que le soleil réchauffe ma peau, je refuse de regarder les gens, je refuse de sourire, je refuse de trouver ma place quelque part. un mutisme me rendant definitivement inaccéssible, moi qui n'aime deja pas le lundi. Je suis lucide, etre le 15 février, n'y changera rien, la saint valentin est un pretexte pour etre faible, pour ne faire aucun effort. M'empecher de ressentir, vider mes pensées, inerte, sans réaction, stoique, un fantôme dans un lieu ou il n'y a rien. L'horloge qui fonctionnait avec tant de régularité s'arrete tout d'un coup. Imaginez moi bloqué au 14 février, scénario d'un jour sans fin.. terrifiant.. mais je finirai par en rire, l'autoderision étant le dernier refuge de la survie. Vous allez me demandez pourquoi je me tais pas et qu'en plus je viens ici pour renverser du poison. Vous avez raison..

    Il faudrait un nouveau langage avant d'arriver ici, celui qui vous dit, qu'elle demeure étonnante pour moi, je sais pas d'ou lui vient cette capacité a accepter tant de spontanéité de ma part. comme si les murs de sa chambre était un mur à écriture, en ce moment j'y écris toutes les nuits. Je n'ai pas construit de role pour elle, il n'a rien a jouer ou exécuter de sa part, et surtout pas lui demander d'etre la pour moi. elle pourrait partir, me demander d'arreter, de me taire.. ce serait justifier un million de fois. elle pourrait écrire un livre de tous les messages courts échoués chez elle depuis cinq ans, et alimenter un feu de joie avec ma derniére épistolaire. Mais non, elle m'écoute, alors que rarement je lui apporte quelque chose de constructif. beaucoup de chose sont un defi a la logique, mais tout de meme, je suis personne moi.

    Au vu de ce que j'écris, je suis un fuir. Pas faux. Alors qu'elle s'est l'inverse absolu.

    Imaginons que nous sommes maintenant le 15 février, restant valable les 320 jours suivants et les 45 jours qui sont deja passés (non je n'ai pas la précision d'un psychopathe, c'est mon agenda qui a tous ses chiffres). nous sommes donc le 15 février pour ne pas preter a confusion (heure de l'Australie disons).

    Il n'y a pas mille hésitation, c'est l'inverse absolu. son sourire me dit : " idiot que tu es, tu sais ressentir la joie dans mon sourire, rien n'est perdu, loin de la". A etre spontané, je devrai fondre dans une étreinte, sentir un reste de parfum de fleur d'oranger, ressentir sa chaleur, son souffle, sa douceur. un murmure de sa part me dirait : "ton coeur sait s'apaiser, se remplir d'émotions intacte, sans cesse renouveler, puisque tu reviens me voir depuis cinq ans, je te laisse revenir car tu viens pour moi, et non pour oublier un moment un amour perdu"

    Il est trés risqué de parler a la place des gens.. pardon. j'essai juste d'etre constructif et etre noué a une étreinte avec elle s'est aussi me faire taire, ce qui n'est pas négligeable comme résultat a obtenir. obtenir un nouveau langage, rempli de sa présence, son parfum, sa delicatesse, sa patience, sa tendresse, sa sensualité. des étreintes qui deviennent des berçeuses ou il n'est pas question de lire des histoires ou de chanter pour s'endormir, mais plutôt d'avoir a ne pas utiliser ses émotions, sa sensibilité pour ma propre detresse mais pour elle. car c'est pas a elle de m'apporter quelque chose mais à moi. Car malgré les apparences de déchéance, j'ai une mission ... (vous completerez chez vous, vous commencez à le savoir). Un jour elle me demandera qui m'a donner cet ordre de mission, et je serai bien embeté mais bon, j'improviserai un truc (en fait non j'ai des auteurs, tout ce que j'écris la, je ne fais que recopier!! par exemple).

    Oui bon je ferai mieux de prendre soin d'elle plutôt que d'écrire n'importe quoi, déja que je viens sans autorisation ici et que c'est meme pas moi qui écrit mes textes.. scandaleux.

    au dela d'etre enroulé a elle, de garder sur moi son parfum, sourire sur ses courbes avec des ficelles de laine, un jour j'arriverai peut-etre a lui donner aussi un semblant de ce que j'ai pu etre avant. spontané, enjoué, créatif, chaleureux, et prendre une revanche sur la vie qui démontre que vivre c'est dangereux pour la tete et le coeur.. mon corps lui supporte encore, c'est la seule chose qui a mon attention pour le respecter un minimum et donner le change a mon esprit parfois trop gourmand a vouloir tant de chose pour rendre les choses un peu meilleur pour les autres.

    nous sommes a l'heure de l'Australie nous sommes le 15 février, je suis pas le Valentin de Abscent_Minded, je suis qu'en mission.

    mais démarrer en larmes, et finir heureux a la fin de mon improvisation, je ne peux vous écrire combien je l'aime la propriétaire de ce journal.

    C'est bien ainsi, je serai un Valentin de pacotille, j'ai pas de nom pour cet amour là mais est-ce important (...)

    Posté par Mr.Nobody, 14 février 2011 à 13:38 | | Répondre
  • Bon courage pour tes partiels la miss !

    Posté par Helma, 15 février 2011 à 23:14 | | Répondre
  • Birthday day

    Aprés une carte de voeux improvisée, essayons une carte d'anniversaire.. Je me souviens avoir écrit quelque chose sur son ancien blog, le hasard a fait que c'était le meme jour : d'ailleurs elle avait écrit " savait-il que c'était le jour de mon anniversaire " Les trois années suivantes j'ai passé mon temps a me tromper de jour, souvent le 5 mars.. mais depuis l'année derniére j'ai réussi a mémoriser la date du 3 mars..
    C'est une jolie fete un anniversaire, mais le passer en mode écriture, ça n'a rien d'évident à celui qui veut improviser, ou qui n'est pas doué pour autre chose et surtout pas le récit ultime dans une carte. Il y a des souhaits, des voeux, le bonheur a lui vouloir, que ses 22 étoiles* (sauf erreur de ma part) soit la continuité de grandir pour construire, pour s'épanouir, avec tout ce qu'elle aura acquis en 22ans par toutes nuances possibles, des plus tristes au plus joyeuses. Mais ce sont des longues phrases qui n'apporte pas grand chose à mon inspiration, ni a elle. Nous souhaiterions tous que son année soit la plus merveilleuse qui soit, car souffrir n'apporte rien, on n'en grandi pas, il vaut toujours mieux éviter certains combats ou les affronter le plus tard possible.. Les souhaits, les voeux prennent une ligne, meme moins dans une carte..

    Mais moi écrire une seule ligne (...), j'ai déja du mal avec 169 caractéres d'un sms qui apprend pourtant la concision.

    J'ai jamais voulu de l'originalité a tout prix, on finit par n'arriver un rien de plus, de meilleur, pour rendre un endroit meilleur ou pour avoir le sourire de quelqu'un, mais il doit y avoir une alternative, un chemin différent pour une carte d'anniversaire écrit par quelqu'un qui ne sait qu'improviser. Il y a la solution d'un cadeau quand mon esprit n'y arrive pas.. Spontanément je lui offrirai la discographie de Rome et la voix fabuleuse de Jerome Reuter qui me sert d'inspiration en ce moment meme avec un titre en cours " A la faveur de la nuit "

    La nuit m'aiderait à lui écrire une carte, avec Rome pour me concentrer.. car de toute façon un cadeau ne dispense pas d'une carte qui va avec. Puisque c'est " A la faveur de la nuit " essayons de dessiner quelque chose de nocturne, propice au calme, aux couleurs si spéciales, propice aux parfums, aux objets qui dorment eux aussi, comme les livres, les crayons, le journal de bord, le coffre a secret et à trésors, aux limier nocturnes, aux nuances sonores comme entendre un piano au loin, ou jouer du xylophone sur mon lit pour jouer les mélodies de Rome.. La nuit est aussi un moment ou je me tais, je pourrais etre muet des semaines entiéres si c'était possible la-bas dehors.. La nuit seul moment ou on écoute sa propre respiration, ou toutes les pensées essayaient de venir vous envahir forcément elles ne sont pas trés bonnes.. La nuit amplifie tout, surtout les émotions, heureux cela ne cache pas un monstre.. il faut survivre aux larmes, survivre a ce qui vous brise, vous blesse, vous empeche d'etre debout et en mouvement.. Il faut survivre pour créer.. Une carte d'anniversaire est un bon exercice, mais elle n'est pas un exercice mzelle C.

    Créer pour elle* voila ce qui doit remplir une carte d'anniversaire non ? Ce n'est meme pas une question d'inspiration, mais trouver ce qui n'a jamais été écrit avant, alors que tout ce passe dans le silence, dans le coeur, les émotions, le sourire.. l'envie d'etre là, la regarder, s'en inspiré. etre autant heureux de sa présence, quelque soit le temps qui a passé.. savoir qu'elle grandie, qu'elle est nourrie par des aspirations, qu'elle ne vous donne jamais l'occasion de ne pas vouloir tenir debout et en mouvement.. et je plante lamentablement sur l'écriture d'une carte.. Il n'est pas possible d'inventer un autre langage avant la fin de la journée, la fin de sa journée, sinon j'écrirai pas des mots.

    J'écouterai Rome (encore) je fermerai les yeux, j'essaierai de penser a rien pour penser a elle.
    m'apercevoir que je suis apaisé, respiration profonde, tout devient léger, entre le coeur, les émotions, la musique, la chaleur du lieu, les parfums.. Tout va bien.. Non idiot, ta carte ne va pas s'écrire toute seule..

    Alors si les mots ne veulent pas exister, créons une carte ou l'on peut mettre le silence, le coeur, les pensées, les émotions, pour les partager, les donner sans rien dire, qu'elle remplisse son coeur avec tout ça, tout ce qui n'a pas chez moi assez de talent pour etre transformé en mots sur une carte, parce que j'ai voulu bien faire sans y parvenir..

    Que cette carte ne soit qu'une immense étreinte, au moins j'aurai pas cherché a trop en faire.

    Je berce cette étreinte pour m'endormir..

    Malheureusement, c'était juste la pause de midi, le monde la-bas dehors me rappel à la raison, nous sommes le jour, le soleil est la, je dois partir.. J'ai préféré un mur vide pour le remplir de mots pour un anniversaire d'une étoile, au moins j'aurai eu la place d'en dessiner 22.

    bien à Toi.*

    ps : quelle prouesse de sobriété cette fin en trois mots!

    Posté par Mr.Nobody, 03 mars 2011 à 13:25 | | Répondre
  • Loin des yeux, quand même dans le coeur.
    Ca compte si on ne sait jamais regardé dans les yeux ?
    Je reviens ici avec plaisir, encore, toujours. Surtout Toujours =)

    Posté par Joanna, 27 mars 2011 à 22:47 | | Répondre
Nouveau commentaire